Direktlink:
Inhalt; Accesskey (fr): 2 Hauptnavigation; Accesskey (fr): 3 Servicenavigation; Accesskey (fr): 4
Villes et stades
Villes et stades

Arena AufSchalke à GelsenkirchenSource: Picture-Alliance / dpa

Gelsenkirchen


Le football joue un rôle majeur à Gelsenkirchen. Peu d’autres villes sont aussi étroitement liées à leur club local. Le FC Schalke 04, connu pour sa tradition sportive et ses grands succès internationaux, fait toute la fierté des habitants. À domicile, le club joue depuis août 2001dans un stade digne de lui: l’Arena AufSchalke.

Un patrimoine naturel et culturel antérieur à l’industrialisation

Le nom de Gelsenkirchen apparaît dans un document daté de 1150. Quelques monuments historiques rappellent l’ère préindustrielle de la ville. Le plus ancien est situé au milieu d’un site naturel protégé où l’on peut voir des chênes tricentenaires. La forteresse de Lüttinghoff est mentionnée pour la première fois en 1308. Cet important ensemble architectural comprend un château principal, un château annexe et un grand parc, entourés de douves.

Tandis que le château principal a conservé son aspect initial de forteresse, le château annexe fut remplacé au XVIIIe siècle par un complexe d’habitations et de bâtiments de servitude agencés suivant les critères de l’époque. En 1994, la forteresse et ses douves reçoivent la distinction "d’architecture exemplaire en Rhénanie du Nord/Westphalie".

Au milieu d’un parc se dresse une bâtisse dont le style correspond à la fin du baroque et au début du classicisme: le château de Berge, érigé en 1264 par Gerlach von Strünkede, puis transformé en demeure représentative vers 1700. Aujourd’hui encore, le château se présente dans le style en vigueur à l’époque de son agrandissement réalisé de 1785 à 1788. Des jardins de style baroque, un potager et un grand parc invitent à la promenade. Avec le lac de Berge, ils constituent dans le paysage industriel alentour un espace de détente très séduisant.

Le château Horst, au bord de la rivière Emscher, est considéré comme un monument historique de style Renaissance unique en son genre dans le Nord-Ouest de l’Allemagne. Son édification de 1555 à 1773 revient à la famille aristocratique de Rütger von der Horst. Le château et la salle des glaces abritent aujourd’hui un musée consacré à la Renaissance; la salle des chevaliers et le salon à cheminée servent de cadre à des concerts.

Puits, mines, aciéries

La densité de population de la ville et de ses environs reste peu élevée – quelque 6000 habitants jusqu’au XVIIIe siècle et la région conserve une vocation agricole. C’est après la découverte de gisements de charbon en 1840 et la construction d’une gare que Gelsenkirchen change de profil. En peu de temps, elle devient un centre d’industrie lourde plein d’avenir. Lorsqu’elle atteint la dimension de métropole industrielle et reçoit le surnom de "Ville des mille feux", Gelsenkirchen compte près de 400 000 habitants.

Mais les importations croissantes de houille bon marché vont plonger Gelsenkirchen dans une grave crise économique à la fin des années cinquante, laquelle se solde par d’innombrables licenciements dans le secteur du charbonnage et de la sidérurgie. La ville doit chercher une autre voie, notamment renoncer à concentrer ses activités uniquement sur le charbon et l’acier. Sa restructuration s’opère au profit de l’implantation de nouvelles technologies et de l’élargissement du secteur tertiaire.

Une ville en mutation

Le parc scientifique Rheinelbe reflète au mieux cette métamorphose. Des entreprises innovantes y trouvent des conditions de travail et une infrastructure idéales. Un centre d’étude consacré à la biotechnologie ainsi qu’aux technologies de l’énergie, de l’information et de la communication est aménagé sur le site d’une ancienne aciérie. Aux activités purement scientifiques de ce complexe viennent s’ajouter des manifestations culturelles et des expositions itinérantes.

Pont à GelsenkirchenSource: Picture-Alliance / Okapia

En 1996, Gelsenkirchen inaugure dans ce parc scientifique une centrale solaire installée sur un toit, l’une des plus grandes du genre au monde. La société Shell Solar Deutschland ouvre en outre un centre photovoltaïque d’information. Les cellules de cette unité solaire particulière, de 83 mètres de long, 47 de large et 12 de haut, produisent 120 kilowatts d’électricité.

Les "bleus et blancs"

Un autre "employeur" important au niveau régional fait vibrer le cœur de Gelsenkirchen depuis un certain temps: le club de football FC Schalke 04. Son nouveau stade, l’Arena AufSchalke, qui marque le panorama urbain depuis 2001 pour être notamment visible de loin, symbolise l’ascension sportive des "bleus et blancs". Il peut accueillir jusqu’à 61 524 spectateurs qui ne manquent pas de mettre de l’animation à chaque rencontre de la Bundesliga.

Tout remonte à une centaine d’années. À l’époque, un groupe de garçons de 14 et 15 ans créent le Westfalia Schalke, club de football rebaptisé FC Schalke 04 en 1924. Ernst Kuzorra et Fritz Szepan fondent ensuite le célèbre "Schalker Kreisel" et le propulsent à la tête du football allemand: neuf fois qualifiée en finale du Championnat d’Allemagne entre 1933 et 1942, l’équipe en remporte six fois le trophée.

Le club traverse ensuite une longue phase de déboires, au point d’être relégué en deuxième division dans les années soixante-dix. En 1997, le FC Schalke 04 a de nouveau toutes les raisons de se réjouir: surnommé "Eurofighter" en raison de son esprit combatif, le club gagne brillamment la Coupe de l’UEFA à l’issue d’une dramatique phase de tirs au but. En 2006 au plus tard, à l’occasion du Mondial, les amateurs internationaux du football pourront se retrouver dans le stade de Gelsenkirchen où se disputeront quatre matches de groupe et un quart de finale.


Contexte


Page d’accueil de la ville de Gelsenkirchen
Veltins Arena (en allemand)
Site de la Coupe du Monde de Gelsenkirchen
Le portail du Mondial 2006 du gouvernement de Rhénanie du Nord - Westphalie
Destination Allemagne: Gelsenkirchen

Deutsche Fußball-Fans mit Deutschland-Fahnen